Abonnez-vous Acheter un numéro Edition numérique Newsletter
News
11 mai 2014 à 08:35

ISA Worlds Nicaragua: Titouan Puyo champion du Monde!

ISA-2
Le championnat du Monde ISA de Stand Up Paddle se déroule actuellement au Nicaragua. L'équipe de France est loin d'y faire de la figuration car après les podiums d'Antoine Delpero et Caroline Angibaud en surf, Titouan Puyo est devenu champion du monde en race longue distance hier. Eric Terrien est lui aussi monté sur le podium. 

Inconnu il y a 7 mois dans le milieu du Stand Up Paddle, le missile Calédonien a encore frappé. Après son titre de champion de France de SUP race obtenu à Canet au mois de novembre dernier, Titouan Puyo est monté sur le toit du monde hier sur le Lac Nicaragua. Au terme des 18 kilomètres de courses d'un parcours sinueux dans les iles Zapatera, le calédonien a devancé en 1h49 Lincoln Dews et Eric Terrien pour s'offrir le premier titre mondial de sa jeune carrière. L'entente entre les deux français a été parfaite pour contrer les tactiques adverses et user les organismes d'une concurrence aiguisée. Les frenchies arrivaient donc en tête dans la portion downwind dans laquelle Puyo est parti comme une fusée pour ne plus  être rattrapé. Terrien devait pour sa part lutter pour revenir second après un passage difficile, mais finalement l'australien Dews s'intercalait à l'arrivée dans le duo infernal français.

A noter, la veille Céline Guesdon devait se contenter de la Sixième place de la longue distance féminine. Mais ce dimanche, les finales des technical race lui donneront une nouvelle chance de médaille, tout comme à Eric Terrien et Titouan Puyo! ça promet!

ISA
LES CLASSEMENTS
LONGUE DISTANCE MESSIEURS (18 KM)
SUP
1. Titouan Puyo (FRA) 1:49:25
2. Lincoln Dews (AUS) 1:50:24
3. Eric Terrien (FRA) 1:50:43
4. Vincius Martins (BRA) 1:51:12
5. Slater Trout (USA) 1:51:32
6. Javier Jimenez (MEX) 1:51:50
7. Toby Cracknell (AUS) 1:52:10
8. Chuck Glynn (USA) 1:52:20
9. Fernando Stalla (MEX) 1:53:02
10. Dylan Frick (RSA) 1:54:35

LONGUE DISTANCE DAMES (18 KM)
SUP
1. Lina Augaitis (CAN) 1:58:24
2. Shakira Westdorp (AUS) 2:00:20
3. Barbara Brazil (BRA) 2:02:49
4. Shae Foudy (USA) 2:03:40
5. Laura Quetglas (SPA) 2:04:33
6. Celine Guesdon (FRA) 2:05:17
7. Marie Buchanan (UK) 2:09:05
8. Edimar Luque (VEN) 2:11:31
9. Brigette van Aswegen (RSA) 2:23:43
10. Ana Vanegas (NIC) 2:26:23

ISA-3

Réactions:

- Titouan Puyo:
Avant de parler de la course, que ressens tu à chaud ?
C'est indescriptible ! Qu'est-ce que je peux dire ? C'est magique ! C'est top ! Ça fait longtemps que je fais du sport. Etre champion du monde est quelque chose dont on rêve quand on est gamin. J'arrive à réaliser ce rêve alors que je suis encore un gamin.
A qui vont tes première pensées ?
Je pense à tous ceux qui ont cru en moi, qui m'ont aidé à en arriver là. Je pense à mes parents, à mon frère. A tous mes amis en Calédonie et en France. A mes potes de Bourail, de Nouméa. Ça fait beaucoup de monde. Je ne pourrais pas tous les citer, il y en a tellement. Tous ceux qui me suivent, qui m'ont appris tout ce que je sais. C'est à eux que je pense, ils sauront se reconnaître…

Comment étais tu avant la course d'aujourd'hui (samedi) ?
J'ai pu profiter de l'expérience d'Eric (Terrien) depuis une semaine que l'on est ici. On a étudié le parcours, on fait du repérage. Je ne connaissais pas mes adversaires. Eric oui. Il m'a dit qu'on pouvait faire quelque chose de grand aujourd'hui.

Raconte nous ta course. Vous aviez une tactique bien établie avec Terrien, une course d'équipe, une course de patrons…
Oui. J'ai eu du mal sur les premiers kilomètres. Personne ne me laissait entrer dans le draft. Heureusement, Eric m'a permis de revenir. On a fait du travail à deux. On a étiré le peloton. On laissait revenir les autres. Et quand j'ai ouvert le draft, j'ai poussé.

Vous êtes effectivement en tête au sortir des îles. L'idéal quand on connaît ta force dans le downwind…
Oui. Dans le downwind, j'ai pensé à tout le monde qui me disait : « T'es le meilleur ! » J'ai fait confiance à ceux qui me conseillent. J'ai tout donné, j'ai glissé, j'ai pris le bon cap. Je passe le premier à la dernière bouée (au nord) et ensuite, je n'ai plus eu envie de lâcher.

La remontée vers l'arrivée, mais face au vent et le long de la plage, a dû être très longue. As tu craint un retour des autres ?
Je ne suis pas du genre à y croire tant que ce n'est pas terminé. J'ai tourné la bouée sous le vent, il restait encore 2 km. Je n'ai rien lâché. Et quand j'ai vu que ça ne revenait pas…

- Eric Terrien :
« Si j'ai des regrets ? Non car j'ai tout donné, j'ai fait tout ce que je pouvais. Je suis hyper content pour Titouan (Puyo). Mon seul regret est de ne pas avoir réussi à remonter devant dans le bord de travers avant le downwind. J'ai hésité. Titouan n'a pas hésité lui. En entamant le downwind, j'ai du me décaler et dépasser tout le monde. Je suis remonté à la deuxième place à la dernière bouée. J'ai pensé à la deuxième place et au doublé. Mais j'ai touché le mur. L'Australien me reprend cette deuxième place. Être médaille de bronze sur un championnat du monde, c'est top. Qui plus est avec le coéquipier qui fait premier. C'est magique. C'est vrai qu'après ma sixième place l'an dernier, la revanche aurait été une médaille d'or. Mais le bronze me remet à la place que je vaux après ma mauvaise saison l'an passé. Et ce n'est pas terminé : il reste la finale de la Technical race demain (dimanche). On va d'abord se reposer avant de relancer la machine. On verra bien. On a encore toutes nos chances, tous les deux, pour refaire un exploit. »

- Céline Guesdon :
« J'étais très motivée pour aller chercher le podium. Mes adversaires devant étaient plus fortes que moi. Même si je pense que j'aurais pu être au niveau de la quatrième. Tactiquement, j'aurais pu jouer différemment. Je ne suis pas partie dans le bon train avec le draft de devant. J'ai suivi, tant bien que mal en me disant « je vais remonter ». Mais j'ai perdu de l'énergie. Je voulais attaquer dans les îles pour remonter. Je pensais revenir sur l'Espagnole (3e puis 5e) mais ça ne s'est pas fait. J'ai encore du travail. Mais c'est motivant. On se dit toujours qu'on aurait pu. J'ai fait des choix selon le mental et l'énergie du moment. Les encouragements m'ont manqué sur ce parcours (interdiction de bateau suiveur, ndlr). Mais c'est le sport. Ça me laisse des pensées positives pour évoluer et faire mieux la prochaine fois, si je suis sélectionnée de nouveau. La finale de Technical race (dimanche), c'est ma chance. Il faut que je fasse mieux. Mieux qu'aujourd'hui. Ça va être carton ! Je vais tout donner. Vraiment ! » »

Source: FFS
Partager cet article :
SUIVEZ NOUS
ACHETEZ VOTRE MATOS EN LIGNE
RESERVEZ VOTRE TRIP EN LIGNE